Examens économie monétaire et Financière S3 (QCM) - Économie et gestion - faculté économie et gestion

Présentation

Les étudiants de faculté économie et gestion filière économie et gestion vont étudier au semestre 3 six modules parmi les, économie monétaire et financière EMF I, alors fixer les conissances de module économie monétaire et Financière et pour préparer au jour d'examen vous allez trouver ci-dessous des examens QCM de économie monétaire et financière S3, pour plus des examens de semestre 3 filière économie et gestion voir le menu de site web ou tapez le sur la barre de recherche...

Examens de économie monétaire et financière S3

Examen n°1

Licence Fondamentale - Économie et Gestion 
Semestre 3 – Module1 : EMF I
Examen final 
1. La monnaie fiduciaire, en tant que moyen de paiement définitif et ultime, jouit d’un pouvoir libératoire :
A. Limité pour les des billets de banque et illimité pour les pièces métallique.
B. Illimité, qu’il s’agisse des pièces métalliques ou des billets de banque.
C. Limité selon la valeur faciale de chaque pièce métallique.
D. Qui s’étend au-delà du territoire sous souveraineté de l’État émetteur.
E. Aucune de ces propositions.
2. Au Maroc, le cours légal est attribué à la monnaie fiduciaire mise en circulation :
A. Par décret du chef du gouvernement, sur proposition du ministre de l’économie et des finances.
B. Sur la base du cours forcé avec les métaux précieux détenus par la banque centrale.
C. En fonction des phases du cycle économique et du gap de production.
D. A l’issue des délibérations du conseil de la banque centrale.
E. Aucune de ces propositions.
3. La mise en circulation d’une nouvelle série de billets de banque se fait :
A. Lorsque les agents détenteurs de la monnaie l’exige.
B. Pour encourager la création de la monnaie scripturale.
C. Sur proposition de la Trésorerie Générale du Royaume. 
D. Suite à une décision du conseil de la banque centrale, qui en définit les caractéristiques techniques.
E. Aucune de ces propositions.
4. La monnaie scripturale est constituée par :
A. La somme des soldes débiteurs des dépôts à vue ouverts sur les livrets de la banque centrale.
B. La somme des soldes créditeurs des dépôts à vue ouverts sur les livrets des banques, de la banque centrale et du Trésor.
C. Les dépôts à terme collectés par la Trésorerie Générale du Royaume.
D. La monnaie fiduciaire, nette des encaisses des banques commerciales.
E. Aucune de ces propositions.
5. La carte de débit est utilisée en tant que :
A. Moyen de paiement à distance ou de proximité via le terminal de paiement électronique.
B. Carte de débit différé, tout en gardant sa qualité de moyen de gestion de la monnaie scripturale.
C. Moyen de retrait de la monnaie scripturale auprès des guichets automatiques bancaires.
D. Support aux crédits de trésorerie, contractés systématiquement par les titulaires des comptes courants.
E. Aucune de ces réponses.
6. Un virement externe est conditionné par :
A. La circulation des images des chèques numérisés pour activer le système de télé-compensation.
B. Un compte de liaison entre le siège et les succursales de la banque.
C. Le calcul des positions nettes sur le marché interbancaire.
D. Un règlement interbancaire, via les comptes centraux de règlements ouverts par les banques chez la banque centrale.
E. Aucune de ces propositions.
7. Le taux d’intérêt nominal de court terme affiche une structure par risque qui reflète :
A. Le taux d’inflation anticipé à la date de maturité, en plus d’une prime de risque inversement liée à la probabilité de remboursement.
B. Une prime de risque endogène, qui varie en fonction du taux d’inflation anticipé.
C. Une prime de liquidité qui dépend de la prime de risque et du taux d’inflation observé.
D. Une prime de terme, en plus du taux d’inflation anticipé à la date de maturité de l’emprunt.
E. Aucune de ces propositions.
8. Conformément à la théorie de la structure par terme, le taux d’intérêt de long terme est égal à :
A. La moyenne géométrique des taux d’intérêt futurs anticipés, augmentée des erreurs d’anticipation. 
B. La moyenne pondérée des taux d’intérêt futurs anticipés, plus une prime de terme.
C. La moyenne arithmétique des taux d’intérêt futurs anticipés, plus une prime de risque.
D. La somme des taux futurs anticipés, plus une prime de terme couvrant les erreurs d’anticipation.
E. Aucune de ces propositions.
9. Le dépôt sur livret est :
A. Rémunéré à un taux d’intérêt indexé sur les taux des bons de Trésor à 13 semaines. 
B. Un dépôt à vue rémunéré, en ce sens qu’il peut faire l’objet, à tout moment et sans obligation de préavis, de retrait ou de versement. 
C. Est plus liquide que le dépôt à terme est moins liquide que le dépôt à vue. De ce fait, sa rémunération est généralement supérieure à celle du dépôt à terme.
D. Une forme de monnaie scripturale et peut faire l’objet d’instruments de circulation de la monnaie scripturale, en l’occurrence un chèque.
E. Aucune de ces propositions.

Exercice 1 (Q10 à Q12) : 
Un dépôt sur livret est constitué par un versement de 6000 DH, effectué le 17 juillet 2019. Ce dépôt a fait l’objet d’un versement de 1000 DH, le 29 septembre 2019, et d’un retrait de 3000 DH effectué le 20 Décembre 2019. Les intérêts sont calculés selon le taux actuellement en vigueur.
10. Les dates de valeur des opérations effectuées sont, respectivement :
A. Le 16/07/2019, le 16/09/2019 et le 01/12/2019.
B. Le 31/07/2019, le 30/09/2019 et le 01/12/2019.
C. Le 01/07/2019, le 01/09/2019 et le 16/12/2019.
D. Le 31/07/2019, le 30/09/2019 et le 16/12/2019.
E. Aucune de ces propositions.
11. Le solde créditeur du dépôt sur livret au 30 septembre 2019 s’élève à :
A. 7018,4 DH.
B. 6883,33 DH.
C. 7987,52 DH.
D. 9120 DH
E. Aucune de ces propositions.
12. Le solde créditeur du dépôt sur livret au 31
décembre 2019 serait égal à :
A. 4157,77 DH.
B. 4367,22 DH.
C. 4040,01 DH.
D. 4048,38 DH.
E. Aucune de ces propositions.

Exercice 2 (Q13 à Q15) : 
Un dépôt à terme de 6 mois est constitué le 01/07/2019 par virement de 50000 DH. Le 15 septembre 2019, une demande d’avance sur dépôt est formulée,
portant sur un montant de 20000 DH.
13. Tenant compte du taux créditeur en vigueur à la date initiale du dépôt à terme, le taux débiteur appliqué à l’avance sur dépôt est de :
A. 2,87 %.
B. 3,37 %.
C. 3,87 %.
D. 4,87%.
E. Aucune de ces propositions.
14. Le solde final du dépôt à terme s’élève :
A. 21008,53 DH.
B. 30437,86 DH.
C. 50983,33 DH.
D. 24371,22 DH.
E. Aucune de ces propositions.
15. Dans ce cas, les intérêts créditeurs sont :
A. Supérieurs aux intérêts débiteurs.
B. Inférieurs aux intérêts débiteurs.
C. Calculés sur la durée résiduelle du dépôt.
D. Capitalisés mensuellement.
E. Aucune de ces propositions.

Exercice 3 (Q16 et Q17) : 
Un bon de caisse de 6 mois est constitué le 01/07/2019 par virement de 100000 DH.
16. Ce bon de caisse est :
A. Un titre de créance négociable.
B. Un dépôt à terme.
C. Un actif monétaire.
D. Un actif financier non monétaire.
E. Aucune de ces propositions.
17. La valeur finale de ce bon de caisse s’élève à :
A. 100056,05 DH.
B. 100056,15 DH.
C. 100016,75 DH.
D. 100086,45 DH.
E. Aucune de ces propositions.

Exercice 4 (Q18 à Q20) : 
Un certificat de dépôt est émis le premier janvier 2019, à terme de 1 an et au taux d’intérêt 4 %.
18. Sachant que le taux de rendement exigé est 7 %, sa valeur de marché au 31 Octobre 2019 s’élève à :
A. 102797,41 DH.
B. 102265,44 DH.
C. 102979,41 DH.
D. 102190,22 DH.
E. Aucune de ces propositions.
19. Suite à une mise en pension d’une semaine, faite le 31 Octobre 2019 au taux Repo 2,31%, le prix de rachat du certificat de dépôt est égal à :
A. 102855,23 DH.
B. 102649,91 DH.
C. 102840,01 DH.
D. 102842,95 DH.
E. Aucune de ces propositions.
20. À cet effet, ce certificat de dépôt est :
A. Un titre de créance négociable.
B. Un actif financier non monétaire.
C. Un actif monétaire.
D. Un élément de la monnaie scripturale.
E. Aucune de ces propositions.
21. La monnaie au sens strict est mesurée par l’agrégat monétaire :
A. M1.
B. M2.
C. M3.
D. M0
E. Aucune de ces propositions.
22. Les titres des OPCVM monétaires sont :
A. Des titres de créance négociables, faisant partie des actifs monétaires.
B. Des titres émis par les organismes de placement collectif qui
investissent en actions et obligations.
C. Exclus du périmètre de la monnaie au sens large.
D. Émis par les OPCVM qui acquièrent exclusivement les titres de créance négociables.
E. Aucune de ces propositions.
23. La quasi-monnaie est mesurée par :
A. La différence entre l’agrégat M3 et l’agrégat M2.
B. L’écart entre les deux agrégats M2 et M1.
C. La somme des actifs financiers non monétaires.
D. La différence entre l’agrégat M3 et l’agrégat M1.
E. Aucune de ces propositions.
24. La monnaie au sens large est mesurée par :
A. L’agrégat M1.
B. L’agrégat M2.
C. L’agrégat M3.
D. La circulation fiduciaire.
E. Aucune de ces propositions.
25. Au Maroc, les pics des fluctuations saisonnières de la circulation fiduciaire surviennent :
A. Durant les périodes estivales.
B. Suivant le calendrier lunaire.
C. Selon le calendrier grégorien.
D. Précédemment aux chocs de demande.
E. Aucune de ces propositions.

Support de module économie monétaire et financière S3

  1. Cours économie monétaire et financière S3
  2. Résumé économie monétaire et financière S3
  3. Exercices économie monétaire et financier

Voir aussi 

Post a Comment

Plus récente Plus ancienne